Malgré Elle, de David-James Kennedy

malgré elle

Et si vos erreurs d’hier pouvaient vous coûter la vie ?

On peut parfois attendre un quart de siècle pour se venger…

Lequel d’entre nous n’a jamais, durant cette période ô combien complexe qu’est l’adolescence, vexé ou un peu blessé un ou des copains de classe pour des raisons qui nous sembleraient aujourd’hui on ne peut plus futiles ?

Et lequel d’entre nous n’a jamais, durant cette même période, pensé qu’il ne se relèverait jamais d’une vexation ou d’une peine de cœur ?

Tout cela est bien banal…sauf que parfois certains ne s’en relèvent pas.

En 1989, au lycée Henri IV, Tom, Emma, et leurs amis ont 16 ans.

Leur quotidien se résume aux cours, aux copains, aux fêtes, et à leurs amours. Ils ont la vie devant eux, et la ferme intention d’en profiter.

Jusqu’à ce que l’un d’entre eux soit assassiné, provocant l’éclatement du groupe.

26 ans plus tard chacun a fait sa vie, la plupart se sont perdus de vue et cette période de leur existence fait maintenant partie d’un lointain passé dont plus aucun d’entre eux ne se soucie.

Jusqu’à ce qu’un nouveau meurtre ait lieu, avec un message, annonçant que l’heure est venue de payer pour ce qu’ils ont fait il y a 26 ans…

Mais qui doit payer, et pourquoi ? Tom et Emma vont devoir entamer une course contre la montre pour répondre à ces questions.

Le décor de « Malgré elle » est planté. Les interrogations sont posées.

Les réponses vous semblent évidentes ? Détrompez-vous, il n’y a rien d’évident dans cette histoire.

Et si David-James Kennedy (qui signe ici son second thriller) arrive à nous mener par le bout du nez pendant 567 pages, c’est parce qu’il a le talent de distiller son histoire au compte-goutte sans nous laisser une seule seconde pour nous ennuyer.

Au gré d’allers-retours entre 1989 et 2015 nous apprendrons à mieux connaître les protagonistes, mais plus nous les connaitrons et plus les questions les concernant seront nombreuses. Et, je crois bon de le souligner, sans que jamais ces flashbacks ne ralentissent le rythme de l’histoire, au contraire.

Nous nous prendrons les pieds dans les mensonges d’hier, découverts petit à petit, mais aussi dans les fausses confessions et autres révélations d’aujourd’hui, qui ne manqueront pas de nous faire douter d’absolument tout le monde.

Le rythme effréné (et constant) vous empêchera de refermer ce livre et vous fera probablement perdre quelques heures de sommeil au nom de cette célèbre phrase que nous prononçons tous régulièrement « encore un chapitre et ensuite je dors ».

L’histoire vous entrainera en Suède, au Danemark, en Ecosse, en Suisse et aux Etats-Unis, avec des décors magnifiquement décrits par l’auteur sans qu’aucune longueur ne vienne jamais en freiner la lecture.

La psychologie des personnages est bien amenée, mais de façon à ne jamais pouvoir vraiment dire que nous somme sûrs de l’un d’eux.

J’ai beaucoup aimé ce livre. Écrit comme un film d’action (selon moi), je n’ai pas pu m’empêcher, tout au long de sa lecture, de penser qu’il pourrait tout à fait être adapté à l’écran sans qu’aucune modification ne lui soit apportée.

Une très sympathique découverte donc. Une intrigue bien ficelée, une fin inattendue, de l’action, Davis-James Kennedy nous offre ici quelques bonnes heures de lecture et de détente.
Bref, que des bonnes raisons de lire « Malgré Elle » !

 

https://www.fleuve-editions.fr/livres/thriller-policier/malgre_elle-9782265116726/
http://livre.fnac.com/a10289334/David-James-Kennedy-Malgre-elle
https://www.amazon.fr/Malgr%C3%A9-Elle-Kennedy-David-James/dp/2265116726 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s